Email, glaçure, couverte, vernis... : comment s'y retrouver ?

En France on parle volontiers de "couverte" ou "vernis", alors qu'en Belgique le terme "émail" est le plus utilisé. Comme cette question de vocabulaire revient souvent, cherchons quelques sources pour tenter d'y voir un peu plus clair. 

 

Je résume les infos trouvées dans Matthes (1):

- glaçure est le terme générique pour tous les revêtements et désigne indifféremment les émaux, les couvertes et les vernis

- émail désigne généralement les glaçures colorées, mates, brillantes, à effets, etc., pour toutes températures

- vernis désigne aussi bien les glaçures au sel de grès (donc note de ma part : haute température) que le vernis au plomb des terres vernissées (donc basse température)

- couverte est plus spécifique aux grès et aux porcelaines, c'est un revêtement fin et transparent.

J'ajoute à ces infos tirées de Matthes que sur de nombreux forums on considère comme synonymes "couverte" et "émail transparent", et qu'une couverte peut aussi servir à fixer un décor à basse température. 

 

Extrait d'un texte de Michel Moglia (2) : "J'utiliserai indistinctement les deux termes "émail" et "glaçure". C'est volontaire : on utilise une glaçure pour émailler une surface, et l'on obtient après cuisson un émail". Donc pour lui la glaçure est l'état cru, et l'émail l'état cuit. 

 

Antoine d'Albis (3) donne l'explication suivante :

"C'est aux émailleurs sur métaux que les manufactures de porcelaine du début du XVIIIe siècle firent appel pour créer leurs palettes de couleurs vitrifiables.

Ainsi à cette époque, les couleurs pour porcelaine portaient le nom d'"émaux". Pour désigner l'enduit vitrifié qui recouvre les porcelaines, on utilisait alors le mot de "couverte". Bien qu'il soit très désuet, ce nom est toujours en usage courant à Sèvres. Pour signifier la même chose, les industriels préfèrent le nom d'"émail" qui est plus utile car il permet l'utilisation du verbe "émailler", ce que n'autorise pas le mot "couverte". De leur côté, les historiens de l'art se servent du mot "émail" pour désigner le produit vitrifié, blanchi et opacifié par l'oxyde d'étain qui recouvre les céramiques poreuses. Lorsque cet enduit est transparent et qu'il ne contient pas d'oxyde d'étain, ils le nomment "glaçure". Ils réservent le mot "couverte" pour les produits vitrifiés comme le grès et les porcelaines dures ou tendres. Les Anglais, avec le mot "glaze", et les Allemands, avec le mot "glasur", ne sont pas confrontés aux mêmes problèmes de vocabulaire qui en France ont conduit à maintes querelles d'experts".

(Donc note de ma part : bien vérifier si vous parlez à un céramiste ou à un historien de l'art, on comprend pourquoi ça fait un peu désordre !)

 

Pour ceux qui voudraient chercher plus loin, je suggère le dictionnaire encyclopédique de Van Lith, ou encore un intéressant article de la Société Chimique de France qui explique entre autres l'origine du mot "émail" et plein d'autres anecdotes : www.societechimiquedefrance.fr/email-et-emaux.html

 

Dans mon prochain article je parlerai de l'émaillage - car on ne dit pas "glaçurage" ni "vernissage" (ou plutôt un "vernissage" c'est autre chose 😉)

 

Sources :

(1) Matthes W.E., « Emaux et Glaçures céramiques », ed. Eyrolles.

(2) Moglia M., « Du bon usage des défauts des glaçures », cité par Virot C., « Dossier Raku », ed. Granit2 des dossiers d’Argile.

(3) d’Albis A., « Traité de la porcelaine de Sèvres », extrait du chapitre V point 8 intitulé «Les couvertes »  - merci @annelenaerts qui m’a procuré ce texte en 2016.

______________________________________________________________

Qui suis-je ? Je suis Professeure de Technologie céramique; je souhaite contribuer à expliquer des phénomènes complexes dans un langage accessible à tous. 

 

Si vous souhaitez être avisé de la parution de nouveaux posts, inscrivez-vous sur la page d'accueil de mon site : www.lamagiedutour.com/accueil/

Si vous avez manqué les précédents articles, vous les trouverez EN-DESSOUS du dernier paru. 

 

Copyright: comme toute production écrite, la rédaction de ces articles demande du temps et des connaissances. Je les partage car les formations en technologie sont peu nombreuses mais je vous encourage vivement à vous former : nous sommes plusieurs à proposer des formations solides. Le contenu de ce blog est accessible librement, toutefois il n’est pas autorisé de le reproduire ou de l’utiliser sans autorisation écrite de l’auteur.